Thelis équipera les "camions sentinelles" du BEP pour la collecte de données

Illustration

Image

Camions sentinelles BEP

Interview de Frédéric Peters, Thelis par Brigitte Doucet de Regional-IT

 

Le projet "camions sentinelles"

Le projet de camions poubelles “sentinelles”, imaginé par le BEP dans le cadre d’un appel à projet “territoire connecté” de la Région wallonne, est en passe de se concrétiser.

Objet du projet: équiper les camions poubelle de la province Namur (une compétence relevant du Bureau Economique de la Province) d’un dispositif constitué d’un ensemble de capteurs, capables de collecter des données en tous genres le long de leurs trajets quotidiens. 

La première mission sera l'objectivation de la couverture du territoire en 2G, 3G, 4G. A terme, d’autres applications sont également envisageables pour ces camions “sentinelles”via des capteurs de mesure:

  • de la qualité de l’air,
  • d’émissions électromagnétiques,
  • de télé-relevé de compteurs,
  • de relevé de l’état des chaussées,
  • de documentation des problèmes de signalisation routière…

Autant d’hypothèses et de scénarios qui doivent encore être validés et/ou concrétisés.

Deux premiers camions poubelles, opérant sur le territoire de la ville de Namur, ont jusqu’ici été équipés. D’ici fin mai, les 38 autres qui relèvent de la zone géographique couverte par le BEP, complèteront l’effectif, profitant de leur passage à l’entretien pour hériter du dispositif de collecte.

En mai, un camion poubelle relevant d’Idelux, l’intercommunale de la province de Luxembourg, en sera à son tour équipé. Objectif: réaliser des tests pour valider la reproductibilité de la solution hors province de Namur. Ce qui, en principe, ne devrait être qu’une formalité… Un déploiement en province de Luxembourg, lui, devra être financé.

 

Une solution embarquée "intelligente" 

Le boîtier conçu par Thelis inclut un compartiment “générique”, qui accueille carte électronique, espace de stockage, connecteurs et élément de transmission des données collectées, et un espace dédié à la mesure de couverture réseau (via les antennes relayant vers les réseaux des opérateurs actuels).

Le boîtier est alimenté par le camion et n’est donc pas soumis à des problèmes d’autonomie ou de recharge. Par contre, la couverture télécom, dans certaines zones – ironie de la situation -, risque de poser des problèmes d’envoi. Raison pour laquelle un potentiel de stockage a été prévu, la transmission se faisant dès que le débit réseau le permet. 

Mais ce n’est pas là la seule raison pour laquelle un espace de stockage et même de traitement de données en local a été prévu.

“Selon la nature des “campagnes” [c’est-à-dire des finalités de collecte des données], la durée de stockage dans le boîtier avant transmission et la fréquence des transferts de données pourront varier sensiblement”, explique Frédéric Péters, directeur de Thelis. “Dans le cas du projet Couverture réseau, nous avons acheté un abonnement suffisant [en volume de données] auprès de chaque opérateur afin de pouvoir procéder à tout un éventail de tests et de vérifications: niveau du signal, qualité d’expérience d’un utilisateur pour le téléchargement d’une vidéo, qualité de communication téléphonique…

Selon la configuration qui sera faite, on pourra faire varier la fréquence de relais d’informations. Mais, de toute façon, le dispositif a été conçu de telle sorte à pouvoir stocker en local [à même le dispositif] jusqu’à un mois de relevés.”

Non seulement, l’espace de stockage a été imaginé en conséquence mais la puissance de traitement que peut procurer l’électronique embarquée a elle aussi été pensée de telle sorte à autoriser du pré-traitement de données, avec analyse de pertinence et filtrage de données, “éventuellement via recours à l’IA et à des algorithmes embarqués”, déclare encore Frédéric Péters.

La nécessité de relayer ou non en (quasi) temps réel les données vers la plate-forme centrale variera donc à la fois selon la nature du débit disponible et la finalité des relevés. Vincent Thomas, directeur informatique chez Idelux, cite un autre exemple éloquent: “Dans le cas d’une campagne de relevé de l’état des routes, il n’y a pas d’urgence à transmettre les données. Un post-traitement dans le cloud est parfaitement suffisant.

Il en irait par exemple autrement en cas de relevé de fuites de gaz. Dans ce cas, des transmissions (quasi-)temps réel seraient évidemment indiquées…”

 

Source: https://www.regional-it.be/2022/03/14/le-projet-bep-de-camions-sentinelles-est-sur-les-rails/ par Brigitte Doucet, Regional-IT

 

Type d'actualités