COVID19 : L'industrie des plastiques fait face à une pénurie de matières premières

Illustration

Image

istockphoto-1136393994-612x612.jpeg

La pandémie de Covid-19 a causé une pénurie qui touche l'ensemble des polymères les plus couramment utilisés : polychlorure de vinyle (PVC), polyéthylène (PE), polypropylène (PP) ou polytétraphtalate d’éthylène (PET)….

Plus de 90% des transformateurs de matières plastiques établis en Europe de l’Ouest sont touchés par cette crise d'approvisionnement et beaucoup sont contraints de réduire leurs productions et de refuser de nouveaux clients afin de pouvoir honorer leurs contrats existants.

Les facteurs à l’origine de cette situation :

  • Au Texas : une série de mises à l’arrêt d’usines suite à des événements météorologiques. La récente vague de froid polaire a paralysé l'industrie chimique texane, qui a dû mal à redémarrer son activité.
  • En Allemagne : des inondations ont paralysés certaines usines.
  • Suite aux périodes de confinement 2020 liées aux mesures mises en place pour lutter contre la Covid-19 :
    • Des usines ont été mises à l’arrêt ou fortement ralenties afin de leur permettre de procéder à des maintenances (maintenances programmées ou reportées suite à la Covid-19).
    • Des problèmes liés aux difficultés de déplacements pour le personnel d'entretien, et plus particulièrement des personnes très qualifiées.
    • Des délais de livraison des pièces de rechange ont aussi été observés.
  • Manque de conteneurs : le marché du transport maritime par conteneurs peine à se rééquilibrer après les mises à l'arrêt forcées de l'économie mondiale et des chaines logistiques au plus fort de la pandémie en 2020. Impactant le transport des polymères et des additifs.
  • Augmentation du cours du pétrole : les cours du brut (le plastique étant dérivé du pétrole) ont plus que triplé sur les 12 derniers mois.
  • Augmentation de la demande : la forte demande actuelle face à la baisse de l'offre, a eu tendance à tirer les prix vers le haut, allant parfois jusqu’à des augmentations de 40 à 50%.
  • Reprise après covid : Les marchés aux États-Unis et en Asie aspirent pour l'instant une grande partie du plastique disponible (y compris européen) en payant le prix fort. Ceci tire les prix vers la hausse, c’est ainsi que par exemple le prix de la résine de PEBD pour films a dépassé les 2.000 euros/tonne en mars, contre un peu plus de 1.200 euros en octobre dernier.


Face à ces circonstances, de nombreux producteurs font des déclarations de cas de force majeure pour se libérer de leurs obligations contractuelles de livraison auprès des transformateurs en produits semi-finis.

 

Découvrez le reportage de RTL INFO à ce sujet sur le lien ci-dessous.