L’intelligence artificielle au cœur du Rendez-vous de la construction wallonne

Image

rendez-vous de la construction wallonne

Le 23 novembre dernier, le traditionnel Rendez-vous de la construction wallonne s’est tenu à la Cristallerie du Val Saint-Lambert, à Seraing. Le thème principal de cette année était : "L'intelligence artificielle au service de vos projets". L’événement a rassemblé près de 400 personnes.

C’est Sacha Daout, le journaliste de la RTBF, qui a animé cette soirée devant un beau parterre d’acteurs de la construction. « En préparant cet événement, je pensais que le secteur de la construction, votre secteur, était bien en phase avec son temps, mais je me suis trompé. Il peut encore énormément progresser, notamment en matière de numérisation. Les outils présentés ce soir peuvent donc vous être très utiles », a déclaré le journaliste ertébéen, en guise d’introduction.

Rester compétitifs

Des outils qui permettront à vous, entrepreneurs, d’être bien armés pour répondre aux enjeux de demain, comme l’a souligné, Alain Kohn, président de la Chambre de la Construction de Liège, très heureux d’accueillir ce rendez-vous en terres liégeoises. « Comme toute industrie dynamique, la construction fait face à des défis majeurs. L’un de ces défis cruciaux est lié à l’évolution rapide des moyens de construction. Les nouvelles technologies, telles que les matériaux de construction innovants et les méthodes de construction durables, sont en train de transformer la manière dont nous construisons nos bâtiments. Cela a notamment un impact direct sur la formation de notre main-d’œuvre. Il est essentiel que nous adaptions nos compétences et nos pratiques pour rester compétitifs dans ce paysage en constante évolution. »

Il a vanté les mérites de la thématique du jour, tout en soulignant la nécessité de s’adapter. « L’IA offre des opportunités inédites pour accroître notre efficacité opérationnelle, réduire les coûts et accélérer les délais de construction. Cependant, cela demande également un changement de mentalité, une adaptation à de nouvelles méthodes de travail et un investissement dans la formation de nos équipes. »

Frédéric Driessens

Frédéric Driessens, Partner de Rise PropTech Fund, fonds lancé à l’initiative de Noshaq, a ensuite pris la parole. Ce fonds a pour mission de soutenir la transformation du secteur, enrichir l’écosystème, attirer de jeunes entreprises prometteuses, encourager la collaboration, exploiter les synergies potentielles et investir dans des startups. « Depuis de nombreuses années, tous les secteurs se réinventent. Certains rapidement, d’autres plus lentement. Mais votre secteur a aussi évolué et c’est très agréable de tous vous rencontrer en une seule soirée pour aborder ces changements ! », a-t-il déclaré. « Dans votre secteur, il existe de nombreuses initiatives innovantes verticales : l’économe circulaire, les processus de construction, la conception et la gestion des bâtiments, l’efficacité des ressources et les bâtiments intelligents. Les technologies transversales, comme le big data, l’intelligence artificielle et l’internet des objets sont au service de ces innovations verticales, avec la durabilité comme liant. »

Qu’est-ce que l’IA ? « Il y a une petite trentaine d’années, un ordinateur d’IBM avait battu le champion du monde d’échecs. L’IA existe depuis longtemps et nous y sommes tous confrontés. Lorsque nous rédigeons des sms sur notre smartphone, c’est de l’intelligence artificielle. L’IA, ce sont des systèmes qui vont utiliser des algorithmes pour effectuer des tâches sans intervention humaine pour simuler des capacités cognitives et aider les humains à prendre des décisions. Dans le domaine de la construction, l’IA est intéressante pour sept thématiques : la planification et la conception, la gestion de projet, la maintenance prédictive, l’automatisation des tâches répétitives, la sécurité sur les chantiers, l’optimisation de la consommation d’énergie et la gestion des déchets et du recyclage. »

Pour vous faciliter la tâche et ne pas trop encombrer votre esprit, Frédéric Driessens a proposé de retenir cette phrase, comme résumé de ce que peut vous apporter l’IA. « L’intelligence artificielle peut être présente à tous les stades de la chaîne de valeur de construction. Elle apporte des outils et des capacités qui permettent d’optimiser l’ensemble du cycle de vie d’un projet de construction, de la conception à la maintenance, en passant par la gestion et l’exécution, tout en améliorant l’efficacité, la durabilité et la sécurité. »

Table ronde

Après une vidéo de Buildwise sur le thème du jour, des experts numériques ont présenté des outils et solutions efficaces pour la gestion de votre entreprise au quotidien. Ils répondaient, à chaque fois, à une question de Sacha Daout. Voici un extrait des principales réponses.  

Pourquoi les entreprises font appel à vous ? « Pour avoir une bonne maîtrise des coûts, une bonne gestion des contraintes administratives et une amélioration de la circulation des informations dans l’entreprise », a répondu Denis Lockman, expert digital pour la construction chez Ficos (ERP).

A Traxxeo (track & trace), quel est l’intérêt des solutions de traçabilité ? « Nous nous basons sur trois piliers et trois promesses : une bonne gestion des ressources sur site, une bonne gestion du temps avec des données collectées et suivies de la bonne manière et enfin, un bon suivi des ressources avec, par exemple, le matériel lié à la planification RH », a expliqué le CEO Charles Le Hodey.

Quelle est la perception de la transformation numérique des dirigeants du secteur de la construction ? « Selon notre dernier baromètre, seules 25 % des entreprises de construction sont convaincues de cette transformation ? Ce chiffre interpelle », a souligné Fanny Deliège, la directrice du pôle Secteur et Economie numériques de l’Agence du Numérique (AdN).

Et vous, en tant que secrétariat social, comment pouvez-vous convaincre les entreprises du secteur à numériser et faciliter la vie de ces entreprises ? « Toutes nos solutions doivent être intégrées avec celles de nos partenaires : ERP, track & trace… », selon Sébastien Wulf, Chief Management Services & Solutions Officer chez Group S.

Deuxième partie

La deuxième partie de la table ronde s’est poursuivie, après une vidéo de présentation de la société Bricsys, spécialisée dans l’AutoCAD, un logiciel de dessins.

A Ficos, en quoi votre ERP facilite le quotidien des entreprises ? « Notre logiciel répond à des besoins précis comme la gestion des flux d’achats, la facturation et le pointage », a répondu Denis Lockman.

Et du côté de Traxxeo ? « Nous nous focalisons sur les gros défis du secteur et l’adoption du numérique sur les chantiers », a souligné Charles Le Hodey.

Chez Group S, quelle aide proposez-vous pour aider les clients dans cette transition ? « Toutes ces solutions numériques, il faut savoir les utiliser ! Chez Group S, nous avons un helpdesk qui accompagne les clients », a indiqué Sébastien Wulf.

Enfin, qu’est-ce qui est mis en place pour aider les entreprises du secteur pour faire du numérique une opportunité économique ? « Nous proposons plein d’ateliers sur le sujet. En outre, des informations et des outils existent également », a conclu Fanny Deliège.  

Conclusion finale

Après une dernière séquence vidéo de Buildwise, le mot de conclusion est revenu à Bernard Piron, le président d’Embuild Wallonie. Il a rappelé l’importance du secteur de la construction wallonne, quelques chiffres à l’appui. « Actuellement, il emploie plus de 65 milliers de travailleurs. Ces emplois ne sont pas seulement des chiffres, ce sont des familles, des communautés, et des vies qui dépendent de notre industrie. En tant qu’acteurs de ce secteur, nous avons la responsabilité de maintenir et de développer ces emplois. En ce qui concerne le nombre d'entreprises actives dans la construction en Wallonie, nous pouvons compter plus de 35.000 entreprises. Cela montre la diversité et la vitalité de notre secteur. Chacune de ces entreprises apporte sa propre expertise et sa contribution à notre économie régionale. L’impact économique de la construction en Wallonie est également manifeste dans les chiffres. Notre secteur contribue significativement au PIB de la région, représentant près de 5,6 % de la valeur ajoutée totale de l’économie wallonne. Ces chiffres démontrent que la construction n’est pas seulement un acteur majeur, mais aussi un moteur essentiel de la croissance économique dans notre région. »

Sur la thématique du jour, Bernard Piron a expliqué que : « l’intelligence artificielle et la numérisation sont des outils puissants pour relever ces défis. Ils peuvent nous aider à améliorer la productivité, à réduire les coûts, à accélérer les délais de construction et à garantir la qualité de nos projets. »       

Enfin, il n’a pas manqué d’adresser un message à l’adresse du monde politique, en vue des élections de 2024. « Nous avons une occasion unique de faire entendre notre voix et de mettre en avant nos priorités. Nous avons identifié cinq domaines prioritaires qui sont essentiels pour le secteur de la construction en Wallonie : l’augmentation de l’investissement public, l’accessibilité financière des logements, l’accélération de la délivrance des permis d’urbanisme, la résolution de la pénurie de main-d’œuvre et l’accélération de la rénovation du bâti wallon sont autant de défis que nous devons relever ensemble. Plus que jamais, afin de rendre possible la construction d’un monde à la hauteur de nos générations futures, l’appel à la progressivité, au réalisme et au pragmatisme reste ouvert. Nous devons travailler main dans la main avec le futur gouvernement régional pour assurer que ces priorités soient intégrées dans la déclaration de politique régionale. Cela ne peut se faire que si nous apportons notre expertise, nos connaissances du terrain et notre engagement à la table des négociations. »           

La soirée s’est terminée par un agréable moment de networking. 

Image

bernard piron