Accueil>Actualités>Feedback : GT Uber Like Models for Electrical Industry | LLN - 10 octobre 2017

Feedback : GT Uber Like Models for Electrical Industry | LLN - 10 octobre 2017 RSS Feed

20171010 TWEED-ULG

Le 10 octobre dernier, le Cluster TWEED s'associait à l'Université de Liège pour l'organisation d'un groupe de travail ‘Uber Like Models for Electrical Industry', dont l'objectif était de parcourir en la présence de Damien Ernst (ULg) les futurs modèles du réseau électrique (microgrids, E-Mobilité, stockage,...), et de susciter les débats sur ces derniers entre experts du secteur. Rétrospective sur un GT haut en couleur, au contenu riche et constitué de débats animés.

 


 

Une brève introduction de Damien Ernst par les animateurs du Cluster TWEED (Cédric Brüll, directeur ; Tanguy Detroz, société Dapesco, membre et président), présenté comme « homme des réseaux », tant électriques que politiques et sociaux (compte Twitter en particulier...), a ensuite laissé place à un rapide tour de table des participants, démontrant la richesse de l'auditoire (GRT, GRD, producteurs, universités, fédérations, investisseurs, entreprises locales ou internationales...).

Le déroulement du GT, au timing strict, fut explicité : le nombre de modèles identifiés dans la taxonomie de Damien Ernst (voir illustration ci-dessous) est au nombre de 11 ; chacun bénéficiera de 10 minutes, composés d'une part d'une courte présentation, et d'autre part d'un large débat.

 

Présentation

20171010 TWEED-ULG 02

Cette présentation, téléchargée plus de 10.000 fois, a fait l'objet de plus d'une centaine de sollicitations de présentations à travers le monde.

Selon son auteur, le succès de cette dernière réside principalement dans l'établissement d'un taxonomie des ‘uber-like models' ; structurant ainsi les nombreuses études ayant été réalisées dans le domaine.

20171010 TWEED-ULG 07

 

Modèles futuristes discutés au cours du GT (exemples)

Ersnt 02

Des micro-réseaux qui se développent

Avec des panneaux solaires de plus en plus accessibles et des batteries dont le coût diminue, particuliers, entreprises ou quartiers vont créer leurs propres micro-réseaux, parfois déconnectés du réseau électrique existant.

La question de la viabilité économique des microgrids a suscité des échanges d'expériences entre acteurs de terrains (réseaux isolés réalisés en Afrique par Laurent Minguet et par la société Enersol typiquement). L'auditoire s'est accordé sur un coût moyen de production d'une fourchette de 20 à 30 €/MWh, tandis qu'Engie a souligné l'intérêt certain et futur pour les industriels de recourir aux micro-réseaux offgrid (via le recours à la cogénération, rentable par la seule production d'électricité et pouvant servir d'unité de backups en cas de défaillance du réseau).

Les projets phares wallons liés aux futurs modèles de réseaux électriques, d'ores et déjà présentés lors de la dernière assemblée générale du Cluster TWEED, que sont les projets Merygrid (projet pilote de micro-réseau intelligent à Méry) et E-Cloud (développement et optimisation de micro-réseaux ouverts dans les zonings industriels), furent énoncés et discutés. Le microgrid connecté au réseau, et nécessairement optimisé, est privilégié au microgrid totalement déconnecté.

 

Ersnt 04

Des camions-batteries qui livrent à domicile

Les fermiers livraient dans le temps le lait en porte-à-porte. Demain, ils pourraient utiliser un camion-batterie pour vous livrer l'électricité qu'ils ont produite eux-mêmes. Une variante de ce scénario ? Les particuliers prendront au supermarché leur batterie rechargée, comme ils le font aujourd'hui pour leur bouteille de propane.

Ce type de solutions est d'ores et déjà d'application pour l'alimentation en électricité de zones sinistrées. Le recours à la production et au stockage de l'hydrogène, tel que développé par Colruyt, constitue de même une solution d'avenir.

 

Ersnt 09

De gros bateaux-batteries à la place des interconnexions sous-marines

Si le coût des batteries chute suffisamment, d'immenses bateaux-batteries pourraient aller collecter l'énergie renouvelable là où elle est abondante pour la rapatrier vers l'Europe. Et au large des côtes belges, de petits bateaux collecteront l'électricité éolienne par éolienne.

Outre le défi économique (baisse des coûts) de ce modèle, s'apparentant à celui du méthanier (navire servant à transporter du gaz naturel liquéfié dans ses citernes), existe un défi technique : les zones disposant des meilleures conditions météo pour les éoliennes (meilleurs vents), rendra difficile l'accès aux bateaux-batteries.

 

Ersnt 11

Des voitures électriques autonomes qui se chargent la nuit à la source

Avec le développement des voitures électriques, un Airbnb des bornes de rechargement pourrait voir le jour. Si en plus, ces voitures sont autonomes, elles pourront aller se charger la nuit à l'éolienne du coin, et venir livrer leur électricité là où elle est chère.

Selon une étude anglaise citée par ORES, les systèmes électriques actuels ne pourront supporter un doublement, anticipé pour 2050, de la consommation électrique ; typiquement lors de la pointe de consommation du soir. Le recours aux voitures électriques, et plus spécifiquement à leurs batteries, permettra de "lisser" la demande d'électricité.

L'achat d'électricité produite par son voisin, pour le rechargement de son véhicule et par l'utilisation des blockchains (voir événement du 16 novembre chez Cofely), constitue également une solution d'avenir.

 

Stockage d'énergie
TWEED, L'Echo : interview de Damien Ernst, professeur à l'ULg « Les batteries vont bouleverser notre quotidien » - Christine Scharff