Accueil>Actualités>Feu vert pour une station de production et de distribution d'hydrogène à Charleroi

Feu vert pour une station de production et de distribution d'hydrogène à Charleroi RSS Feed

TEC-CHARLEROI-H2

Le Gouvernement de Wallonie a approuvé le résultat de l'appel à projets pour la mise en place d'une station de production et de distribution d'hydrogène à partir d'électricité produite en Région wallonne et visant à alimenter une flotte de bus dans l'arrondissement de Charleroi.

 

TEC-CHARLEROI-H2


 

Le Gouvernement de Wallonie a approuvé le résultat de l'appel à projets pour la mise en place d'une station de production et de distribution d'hydrogène à partir d'électricité produite en Région wallonne et visant à alimenter une flotte de bus dans l'arrondissement de Charleroi.

Philippe Henry, ministre de l'Energie, a ainsi sélectionné le projet « Waste-to-Wheels » porté par ENGIE, en collaboration avec TIBI, SUEZ et la SRIW.

L'objectif est de faire de l'électrolyse d'eau avec la production électrique issue de l'unité de production énergétique de TiBi à Charleroi. Cet hydrogène servira à alimenter 10 bus du dépôt de Jumet qui seront cofinancés par l'Europe via le projet JIVE.

Le projet Waste-to-Wheels est porté par un consortium composé de ENGIE, TIBI et SOTRADIA (filiale commune entre SUEZ et la SRIW). ENGIE et SOTRADIA formeront une société commune à responsabilité limitée, dont le capital sera détenu à 50% par ENGIE et 50% par SOTRADIA, afin d'investir et exploiter l'installation d'électrolyse, le dispositif de transport de l'hydrogène, et la pompe d'alimentation des bus.

TIBI accueillera l'électrolyseur sur le site de son UVE (Unité de Valorisation Energétique), et lui fournira la part d'électricité considérée comme renouvelable.

Dans le cadre de son projet, ENGIE a pu négocier une intégration de la Wallonie au sein du projet européen JIVE.

L'objectif global de JIVE est de faire progresser la commercialisation des bus à pile à combustible d'hydrogène par le déploiement à grande échelle de véhicules et d'infrastructures et ce pour qu'ils deviennent commercialement viables. Il s'agit en effet de doubler le nombre d'autobus de ce type en Europe et de réduire les coûts de cette technologie de 30%.

Cet engagement couvrira l'accueil, par l'OTW, de la station de rechargement en hydrogène à son dépôt de Jumet et la mise aux normes de l'atelier de maintenance.

L'utilisation sur le site de Jumet de cet hydrogène permettra une valorisation locale de l'énergie sans recourir à des infrastructures de transport lourdes (électriques ou hydrogénoduc).

Afin de soutenir le projet, le Gouvernement de Wallonie octroie une aide double composée :

  • d'un prêt de 2 millions d'€ accordé à ENGIE inscrit dans la programmation du Fonds Kyoto pour l'année 2020,
  • d'une subvention d'un montant maximal de 2,7 millions d'€ dont 540.000€ couvrant les deux premières années d'opération du projet.

De par sa capacité et sa facilité de stockage, l'hydrogène s'est profilé ces dernières années comme un des éléments qui permettront la transition énergétique et une meilleure intégration des énergies renouvelables dans différents secteurs d'activités.

Les bus électriques à hydrogène peuvent en effet fonctionner avec de l'hydrogène « vert » ou « décarboné », surtout quand il est produit par l'électrolyse de l'eau. Par rapport à un véhicule diesel, ils offrent une solution zéro émission (ni dioxyde de carbone, ni particules polluantes). Ils ont, par ailleurs, un temps de recharge rapide (entre 5 et 10 minutes) et une autonomie d'au moins 300 km.

 

Hydrogène
Cabinet du Ministre Philippe Henry