Accueil>Actualités>Un nouvel outil à disposition de la SOGEPA : « Ré-Action », un programme d'accompagnement économique et financier aux entrepreneurs de moins de 10 personnes qui traversent une période de difficultés passagères

Un nouvel outil à disposition de la SOGEPA : « Ré-Action », un programme d'accompagnement économique et financier aux entrepreneurs de moins de 10 personnes qui traversent une période de difficultés passagères RSS Feed

Ré-Action propose d'intervenir à plusieurs moments et niveaux à l'approche ou pendant une période de difficultés.

La phase d'accompagnement

Lorsqu'une entreprise montre des signes avant-coureurs de faiblesse ou qu'elle traverse effectivement une période de difficultés, il faut mettre sans tarder l'activité sous monitoring afin d'identifier les symptômes et causes des difficultés.

Il s'agit de mener un audit de la structure tout en assurant un suivi. Ré-Action dispose de plusieurs outils combinables selon le cas :

  • L'outil digital « je teste la santé de mon entreprise » disponible sur le site internet de la SOGEPA permet d'évaluer rapidement la mise en place des bons processus de gestion au sein de l'entreprise. Il permet de jauger la situation financière et si les difficultés sont passagères ou structurelles ;
  • La mise en place d'une collaboration étroite avec l'INASTI pour que, dès le premier retard de paiement, une proposition de mise en contact soit faite à l'entrepreneur. Cette information est envoyée à titre tout à fait préventif ;
  • Un coaching et un Comité d'avis : L'entrepreneur est souvent seul face à l'adversité. D'où l'intérêt qu'il puisse s'entourer des ressources humaines qui font sens. Parmi les mesures proposées, il pourra faire le choix d'un coach dans un pool lors de l'accompagnement économique structurant. Pour les entreprises qui auront bénéficié d'un soutien financier et qui ne possèdent pas de Conseil d'administration, un Comité d'avis peut être mis en place afin d'épauler les entrepreneurs dans les prises de décision ou l'orientation à adopter.

La phase d'intervention financière

Ré-Action proposera également un soutien financier. Cette intervention sera possible pour les entreprises (personne morale ou indépendant qui se structure en société), à la fois celles qui sont déjà en retournement, mais aussi celles qui seraient en passe de l'être.

Dans les périodes de difficultés, il est souvent compliqué d'obtenir des lignes de crédits nécessaires au bon fonctionnement de l'entreprise ou pour sortir de cette spirale. Il était donc essentiel qu'un mécanisme de financement voit aussi le jour pour les toutes petites structures de moins de 10 personnes.

En l'état, le mécanisme de soutien financier peut prendre trois formes :

  1. Une intervention anticipative lorsqu'une entreprise est en passe de se retrouver en situation de retournement. Il s'agit typiquement d'une structure qui n'obtiendrait pas de ligne de crédit auprès d'un organisme prêteur inquiet sur les perspectives d'avenir de l'activité. Cette intervention s'inscrit dans le respect de la règle européenne «de minimis».
    Plus d'informations sur : http://eur-lex.europa.eu
  2. Une intervention selon les conditions « Fast-Track » de la SOGEPA (1 euro public pour 1 euro privé). Il s'agit ici d'opérer un partenariat avec d'autres organismes prêteurs lors de l'intervention financière. Le partenariat public-privé permet de jouer un effet de levier et de soutenir l'entrepreneur dans ses besoins. Le montant de participation de la SOGEPA est plafonné à maximum 100.000 € sous forme de prêt ou de participation au capital dans le respect des lignes directrices de la SOGEPA.
    Plus d'informations sur : https://www.sogepa.be/fr/sogepa/gouvernance/lignes-directrices
  3. Une intervention pour les très petites entreprises déjà en retournement. En l'absence de contrepartie privée, la SOGEPA peut soutenir une entreprise selon les règles européennes « de minimis » à concurrence de maximum 25.000 € sur la base d'un projet économiquement viable

Conditions pour bénéficier du programme :

  • Être une TPE de moins de 10 personnes et constituée en société (personne morale),
  • Être situé en Région wallonne (siège social et d'exploitation),
  • Avoir un projet économique viable,
  • Disposer des compétences nécessaires en matière de gestion et de management,
  • Être en situation de retournement,
  • Avoir un ancrage local fort en termes d'activités et d'emplois (directs et indirects)