Accueil>Actualités>Retour sur le workshop Terre dans la construction

Retour sur le workshop Terre dans la construction RSS Feed

37393463_2069742123274405_7905817258901897216_n

Le Cluster Eco-construction et ses partenaires du projet européen Interreg Va FWVl BatiC2 ont organisé cette formation sur l'utilisation de la terre en construction. Une quarantaine d'apprentis constructeurs, ont découvert et expérimenté le travail de ce matériau naturel dans la construction traditionnelle et contemporaine.
Des entrepreneurs, architectes et étudiants, belges et français, se sont rencontrés à Mons lors de 5 jours d'ateliers autour de la « terre dans la construction » : témoignages.

bannerworkshop

Si la terre est l'un des matériaux les plus anciens en construction, elle s'inscrit aussi comme « Le » nouveau matériau écologique en vogue, alliant disponibilité, circuit court, bon bilan environnemental et recyclabilité.

Le Cluster Eco-construction et ses partenaires du projet européen Interreg Va FWVl BatiC2 ont organisé cette formation sur l'utilisation de la terre en construction. Une quarantaine d'apprentis constructeurs, ont découvert et expérimenté le travail de ce matériau naturel dans la construction traditionnelle et contemporaine.

Articulé sur cinq journées, le workshop a commencé avec un atelier sur la découverte des propriétés de la terre. Au travers d'une approche scientifique, il s'agissait d'abord d'acquérir les bases techniques et sémantiques de la construction terre. S'en est suivi une conférence sur l'utilisation du matériau dans le monde avec un formateur de BC Studies & architects, Ken de Cooman.

conference

La seconde journée était consacrée aux visites, les participants du workshop ont découvert la bio classe de FortV et la boulangerie du petit village de Bokrijk. Des visites de bâtiments exemplaires et inspirants qui ont ravi Marie, étudiante en architecture : « La “Bioclasse” porte bien son nom ! Nichée à l'intérieur d'un entrepôt qui lui assure une couverture, ce projet vaut le détour, tant pour ce qu'il nous propose à voir que pour la démarche qu'il sous-tend. »

La présence de BC Architects représenté par Nicolas Coeckelberghs était essentielle pour que les participants prennent la mesure du travail accompli. Marie continue: « Nicolas Coeckelberghs nous raconte les 20 000 briques (Briques Terre Crue) façonnées sur place, avec de l'argile local, au cours d'un processus participatif qui a rassemblé plus d'une centaine de personnes prêtant mains fortes au chantier. Il est rare d'être face à ce genre de projet dont l'extrême cohérence de bout en bout ne tient pas que sur papier ! Ce bâtiment porte en lui les valeurs écologique et éducative dont il a la vocation. » continue l'étudiante en architecture.

visite1

La récente construction en pisé dans la boulangerie de Bokrijk n'est pas la trace d'un temps révolu mais bien la preuve d'une réalisation contemporaine. Elle est réalisée à base d'un matériau biosourcé qu'on aurait trop vite fait de reléguer au siècle passé ou à d'autres cultures. Que ce soit la dalle de sol, le « cellier » ou le comptoir monolithique, tout est érigé en terre. « J'ai trouvé là une ambiance teintée, presque feutrée et je m'y sentais apaisée ! On se dit d'emblée que cette boulangerie semi-industrielle propose un environnement de travail plutôt serein à ses boulanger(es) et l'on en sort en se disant que c'est au coin de sa propre rue que l'on voudrait qu'elle se trouve ! » ajoute Marie, charmée par les lieux.

visite2

mur

Les participants ont ensuite pris la direction de Tirlemont pour admirer The Wall, un mur en pisé, porteur, de 15 mètres de hauteur, pièce maitresse de la maison de l'architecte de AST77.

Les jours suivants, retour vers Mons pour une analyse des terres aux alentours du lieu de formation, les participants ont pu préparer le chantier et manipuler la terre. Au travers d'ateliers alliant approche sensorielle et expérimentation, ils ont été initiés à la mise en œuvre concrète de ce matériau de tradition et d'avenir par les formateurs Timur Ersen, Nicolas Coeckelberghs, Dorian Vauzelle, Bregt Hoppenbrouwer, Ken de Cooman ...

« J'ai particulièrement apprécié la simplicité et l'accessibilité des formateurs durant toute la durée du workshop. Nous avons pu découvrir différentes techniques de construction en terre comme le pisé ou l'adobe. Le matin, nous travaillions par petits groupes dans l'atelier et l'après-midi, des conférences étaient organisées pour nous présenter des projets emblématiques construits en terre crue avant de se remettre au travail tout le reste de l'après-midi. » Témoigne Laurie, stagiaire dans le secteur de l'éco-construction.

Enduire, tasser, compresser, fouler... Autant d'actions qui ont monopolisé toute l'énergie des 40 apprentis éco-constructeurs durant cette semaine de workshop de construction en terre crue.

exe1 Loin des écrans, des formules toutes faites, c'est avec les mains dans la terre qu'ils étaient invités à réfléchir.

« La terre est un matériau très intéressant à travailler ; c'est davantage sa consistance, le juste dosage d'eau, sa granulosité (on en viendrait à inventer des nouveaux termes) qui nous renseignaient sur ses qualités et nos capacités à les révéler par l'obtention d'un mélange adéquat. Tamisée comme du sable fin, chaulée par endroit, damée à bout de bras ; ce sont des gestes universels que nous avons répétés toute la semaine. Au bout de celle-ci, nous étions tous très fiers d'avoir mis notre « grain de sable » à l'édifice ... Epatant ! » termine Marie, confirmée par le propos de Laurie : « La singularité de ce workshop réside dans le fait que nous étions en contact permanent avec la terre, tout type de terre, et que nous avions vraiment pu nous mettre dans la peau d'un ouvrier le temps d'une semaine et cela a aussi suscité une vocation chez certains participants. »

final

Formation